Je suis actuellement contrôleur de gestion chez Crédit Agricole Consumer Finance, où je suis le budget des différentes directions de la BU France. Je contribue au processus consistant à s’assurer que l’entreprise ne dépense pas plus que ce qu’elle a le droit de dépenser. A ce titre, j’ai à la fois un rôle de gardien du temple mais aussi de conseiller d’un directeur ou d’un responsable d’activité pour l’aider à optimiser l’utilisation de son budget. Mon poste est très transversal : sans échange avec les directions métiers, difficile de comprendre la raison des dépenses et leur explication économique. L’équipe que j’accompagne est constituée de 5 hommes et 3 femmes aux parcours très variés.

CACF

Quelle serait votre description de votre poste ?

Mon poste consiste à animer le processus de construction budgétaire et à analyser mensuellement les écarts « budget / réalisé » en lien avec les directions métier. Autour de ces missions se greffe une activité de reporting auprès du groupe. Même si la parité n’est pas tout à fait respectée dans mon équipe, l’activité de contrôle de gestion est assez mixte au sein de la BU France. Je dirais que c’est également le cas sur le marché. Chacun apporte son expérience et sa touche à la manière de réaliser nos missions.

Quels sont les grands temps forts de votre métier sur l’année ?

Le métier de contrôleur de gestion voit son rythme calqué sur celui des clôtures comptables et est très cadencé. La période de construction budgétaire correspond au temps fort de l’activité. Comme tous mes collègues, j’adapte mes horaires à ma charge de travail et à mon organisation familiale.

Gestion

Pouvez-vous nous décrire une journée type ?

Ma journée type commence par la lecture et le traitement de mes mails puis, en général, les membres de mon équipe se retrouvent autour d’un café pour « lancer la journée ». Chacun alterne ensuite les réunions de travail pour récolter et partager les informations requises au suivi d’activité et à la préparation des supports de restitution.

Moment de respiration, le créneau du déjeuner permet de se retrouver entre membres d’une ou plusieurs équipes de la direction avant de replonger dans le travail. Au programme (selon les gens) : footing, chorale, salle de musculation, marche rapide, shopping ou, tout simplement, déjeuner. Ma journée type se termine généralement par un point sur les choses à faire le lendemain ou à planifier. Je m’arrange pour être chez moi de manière à être présent pour le diner de mes enfants et partager une histoire du soir.

Quel parcours faut-il avoir pour accéder à votre poste et quelles sont les possibilités d’évolutions ?

Après des études de gestion et un passage en cabinet d’audit, je suis arrivé chez Crédit Agricole Consumer Finance au contrôle de gestion, d’abord au sein de l’équipe Etudes Financières puis au sein de l’équipe Suivi budgétaire. Au travers des différentes missions réalisées, j’ai conforté un acquis théorique et développé une transversalité qui m’ont permis découvrir une palette de métiers très large au sein de l’entreprise.

Je pense que mon expérience me permettra d’évoluer vers d’autres métiers de la finance ou d’autres fonctions, probablement de support dans un premier temps, au sein d’autres directions. Père de 2 enfants, je veille à maintenir un équilibre entre vie personnelle et professionnelle.

Femme ou homme, aucune importance : c’est votre expérience, votre sens du relationnel et votre capacité à analyser une situation économique qui sont vos atouts dans cette activité !

Quels messages souhaiteriez-vous transmettre aux personnes qui se projettent sur un poste similaire au vôtre ?

Toute personne qui aime les chiffres, l’analyse d’écart, travailler sur des sujets variés, n’a pas de haut-le-cœur devant un fichier Excel bien rempli et apprécie les échanges avec différentes directions peut être intéressée par le contrôle de gestion. Femme ou homme, aucune importance : c’est votre expérience, votre sens du relationnel et votre capacité à analyser une situation économique qui sont vos atouts dans cette activité !

Quel regard portez-vous sur l’évolution de l’entreprise en matière de mixité ?

Je ressens une réelle envie d’ancrer la mixité comme un facteur de richesse au sein des équipes et de l’entreprise. Il reste cependant encore des efforts à faire pour faire évoluer les mentalités, lutter contre les préjugés et/ou les stéréotypes. C’est pour cette raison que j’ai intégré une groupe de femmes et d’hommes souhaitant la mise en place d’un réseau de mixité.

Les offres Finances / Comptabilité / Contrôle de gestion

Voir les offres