Maud : « J’ai commencé dans le groupe Crédit Agricole en tant qu’apprentie chez CACIB au sein de la Finance, « Information Financière métropole » en préparant mon diplôme de Master CCA (Comptabilité, Contrôle de gestion et Audit). Je me suis ensuite orientée vers un grand cabinet où j’ai découvert le métier de consolideur. J’ai voulu réunir mes deux expériences et revenir dans le groupe Crédit Agricole en tant que consolideur afin de développer mes compétences en consolidation dans le milieu bancaire ».

Marin : « J’ai commencé ma carrière au sein d’une Caisse régionale Alsace-Vosges après avoir obtenu un Master en « Finance d’Entreprise et Pratique des Marchés Financiers ». J’ai travaillé 6 ans à la direction financière et j’ai effectué des missions variées : gestion de risque de taux, back office marchés financiers, consolidation prudentielle… Ces expériences et les dispositifs de la mobilité interne m’ont permis d’intégrer les équipes de Crédit Agricole S.A. en tant que consolideur ratio, un métier transverse et dynamique qui me motive.

CA

Quelle serait votre description du poste de « Consolideur »

Le consolideur statutaire / prudentiel est un spécialiste de la finance en charge de produire les états financiers / réglementaires consolidés (d’où le nom de consolideur) pour le compte du Groupe selon les délais fixés par le régulateur et la direction générale.

Nous avons un rôle clé car nos contributions répondent aux exigences imposées par les régulateurs et permettent à la Direction Générale de Crédit Agricole SA de définir sa ligne stratégique. En effet, les indicateurs issus de la production des états financiers consolidés rendent possibles l’élaboration de stratégies de transformation, indispensable pour rester concurrentiel compte tenu des fluctuations des marchés, et des évolutions sociétales, digitales et réglementaires que nous vivons actuellement.

Concrètement nous sommes responsables de la remontée de la liasse de consolidation des filiales, du traitement de ces informations en respectant les normes et principes du groupe Crédit Agricole SA, à l’élaboration des principaux états financiers et réglementaires du Groupe : compte de résultat, bilan, variation des capitaux propres, tableaux de flux de trésorerie, preuve d’impôts, FINREP, COREP …

Nous sommes amenés à rédiger une partie des notes d’instructions d’arrêté à destination des filiales et des Caisses régionales.
Notre rôle consiste aussi à proposer des évolutions de process pour améliorer et sécuriser le processus d’arrêté dans l’outil de consolidation BFC.
En dehors des périodes de production, nous participons activement aux travaux d’adaptation du contexte réglementaire au travers d’ateliers d’échanges avec les services des normes, de la MOA, de la gestion financière, des risques, du contrôle de gestion, de la communication financière, ou encore de la fiscalité. Nous pouvons également être sollicités dans des projets d’acquisitions et de cessions, d’opérations de structure afin de modéliser les impacts sur le bilan et sur le compte de résultat du Groupe.

Quels sont les grands temps fort de votre métier sur l’année ?

Nous produisons des états trimestriellement. Notre quotidien est donc rythmé par ces arrêtés. Et lors de ces moments, les mots clefs sont : organisation, efficacité et qualité.

Nous accompagnons les entités du Groupe dans leurs travaux, analysons leurs contributions et produisons les reportings prudentiels et statutaires dans le respect très strict des délais et de la qualité.

Bien évidemment, il faut préparer en amont les arrêtés et participer activement aux projets qui découlent des évolutions réglementaires et fonctionnelles du métier.

Deux fois par an, la Direction organise une Journée d’Actualité Comptable et Règlementaire qui sont l’occasion de partager avec les Caisses régionales et les filiales du Groupe les sujets de la ligne métier « Comptabilité et Consolidation ». Nous apprécions particulièrement ces moments de convivialité avec eux.
Nous partageons également très régulièrement des moments de team building et des « croissants » dans les instants les plus intenses de la production. Notre mot d’ordre est : « le dernier arrivé organise un pot ».

Un bon relationnel pour communiquer de manière claire et avec pédagogie avec les filiales et avec le top management, une bonne gestion de la pression et du stress pendant les périodes de clôture, sont donc indispensables

Finance

Pouvez-vous nous décrire une journée type ?

Maud et Marin : « Les journées sont très variées. Premiers réflexes de la journée : checker nos mails et prioriser les demandes. »

Maud : « Je me fais une To do (liste) de choses à faire sur l’ensemble de la journée. Cela m’aide à m’organiser et à voir évlauer évaluer l’avancement de mes missions. En période d’arrêté, nous pouvons avoir beaucoup de réunions, il est donc important d’être bien organisé afin de respecter les jalons fixés par le Groupe. Ce sont souvent des périodes intenses qui peuvent être stressantes.
En période d’inter-arrêté, nous sommes un peu moins sollicités et profitons de ces périodes pour rendre perfectible le process et anticiper les difficultés afin que les périodes de production se déroulent au mieux. »

Marin : « Une journée type dépend forcement des périodes de l’année et des projets en cours. En période d’arrêté, je m’assure de l’exhaustivité et de la qualité des données prudentielles remontées par les entités et je réponds à leurs questions. Ensuite, je me consacre à l’analyse des données et à l’élaboration des états synthèses sur base consolidée. En dernier, avant l’envoi des reportings prudentiels au superviseur bancaire il faut s’assurer que les contrôles mis en place par celui-ci sont bien respectés. En dehors des périodes d’arrêté, je travaille entre autres sur des projets, j’effectue des recettes métiers et je prépare les arrêtés à venir.

Maud et Marin : « Un bon relationnel pour communiquer de manière claire et avec pédagogie avec les filiales et avec le top management, une bonne gestion de la pression et du stress pendant les périodes de clôture, sont donc indispensables. Un état d’esprit posititif nous aide, nous motive et nous rend solidaire et bienveillant les uns envers les autres. »

RELATIONNEL . PEDAGOGIE . AGILITE . ORGANISATION . 
Gestion

Quel parcours faut-il avoir pour accéder à votre poste et quelles sont les possibilités d’évolutions ?

Maud : Selon moi, il n’y a pas un parcours type ou idéal, même si, il ne faut pas le nier, des connaissances en comptabilité, consolidation sont le cœur de notre métier. Il faut surtout être curieux, réussir à comprendre le mécanisme de la consolidation, comprendre comment toutes les informations des filiales remontent chez nous, comment elles ont été traitées. Un esprit d’analyse, une bonne organisation, être réactif et avoir un bon relationnel sont, selon mon expérience, des qualités à avoir.

Marin : Avoir une bonne culture financière, savoir expliquer les chiffres clés et avoir de l’appétence pour les Systèmes d’Information et les outils bureautiques permettent d’accéder à cette fonction et vous aideront dans votre quotidien.
La rigueur, le sens de l’organisation, une forte capacité à analyser, des compétences relationnelles, un esprit pédagogue, et de l’agilité sont nécessaires car il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un poste transverse qui vous amènera à interagir avec de nombreux interlocuteurs. C’est un poste très complet.
Ainsi des parcours académiques plus variés, comme des ingénieurs ou des écoles de commerce sont également recherchés pour compléter les compétences techniques et ainsi mieux répondre aux enjeux de la consolidation pour les années à venir.
Les possibilités d’évolution sont nombreuses : travailler au sein de la Direction des Risques, devenir chef de projet, intégrer la Gestion Financière ou les fonctions du contrôle ou évoluer au sein même de la consolidation (Prudentiel vers statutaire et vice versa).
Le poste de consolideur est un poste clé et se trouve aux croisements de différents métiers, c’est en cela que les possibilités d’évolution sont nombreuses et très variées.

Quels messages, souhaiteriez-vous transmettre aux personnes qui se projettent sur un poste similaire au votre ?

Marin : « Le poste de consolideur permet d’acquérir et de développer de nombreuses compétences et nous apprend sans cesse. Avec les différentes normes qui se mettent en place il y a souvent de nouveaux sujets, de nouveaux challenges.
Il permet également d’avoir une vue d’ensemble sur le groupe Crédit Agricole que ce soit d’un point de vue économique, financier et sur ses choix stratégiques.
Ce poste est riche, intéressant et permet d’ouvrir énormément de portes vers d’autres métiers. C’est une réelle opportunité. »

Maud : « Le poste de consolideur au sein de groupe bancaire Crédit Agricole SA est un poste permettant une large vision économique du Groupe. C’est un métier très opérationnel et formateur en constante évolution.
Le consolideur statutaire est le gardien des comptes et le consolideur prudentiel est à mi-chemin entre les métiers « risques » et les métiers « comptables ».
Il est vrai que ce métier nécessite un fort investissement, mais est un réel tremplin vers d’autres métiers qu’offre le Groupe.

Les offres Finances / Comptabilité / Contrôle de gestion

Voir les offres